Blogue

Revenir aux autres articles

Dog Event 2015 –

Wow! « Compagnons » était à Paris du 14 au 17 mai dernier pour vivre le « Dog Event 2015 » organisé par Benjamin Bonhomme et Perrine Hubert.

En plus, du plaisir de rencontrer des passionnés comme nous, nous avons eu le bonheur d’entendre des personnes de renommée internationale du monde animal. L’évènement s’est tenu sur 4 journées passées à une vitesse vertigineuse tellement nous ne voulions rien manquer.
Voici un bref résumé de ces 4 journées inspirantes.

Susan Friedman, professeur en psychologie à l’Université de l’Utah nous a captivé avec sa conférence

  • « Comment les animaux apprennent-ils et comment pouvons-nous les encourager à développer des comportements en utilisant les principes scientifiques de l’analyse comportementale?

Elle nous a entretenu sur le fait que donner une étiquette à un animal,  comme par exemple de dire que notre chien est agressif,  influence notre façon de se comporter…

Notre attitude et notre gestuelle avec lui l’incitent souvent à l’être et, malheureusement, inconsciemment tous les humains « étiquettent » souvent. À partir du moment où nous en devenons conscients, nous pouvons changer notre propre attitude et traiter une séquence comportementale dans un contexte, une situation précise avec un déclencheur.

Je cite Susan Friedman en traduction libre « Si un animal mord une main humaine près de sa bouche, la main s’éloignera ». La conséquence est que l’animal apprend que mordre une main peut avoir des résultats appréciables pour lui donc il choisit de le refaire ». Le chien sera catalogué « agressif » mais en réalité, nous ne regardons pas l’environnement qui lui est imposé soit la main trop près de sa gueule.

Pour modifier un comportement, il faut aussi modifier les conditions de l’environnement pour inciter l’animal à modifier ses actions et ainsi obtenir du succès dans la correction dudit comportement. Dans ce cas-ci, si la main n’est plus près de la gueule de l’animal, la possibilité que le comportement se reproduise diminue énormément.

Elle a abordé le critère de l’efficacité dans le comportement à l’effet que ce critère ne doit pas être le seul. Par exemple, les deux autres critères importants à considérer sont l’éthique et le respect de l’animal. Ce qui amène toute personne qui vit avec un animal à toujours réfléchir afin de trouver le traitement humaniste.
En guise d’exemple, pour modifier le comportement d’un chien qui saute sur les gens à leur arrivée, il y a une solution intrusive et coercitive comme donner un coup de genoux dans l’estomac du chien lorsqu’il saute, solution que « Compagnons » ne recommande pas.

Susan propose de travailler plutôt de façon éthique et respectueuse avec l’animal en réfléchissant à l’utilisation du comportement naturel de l’animal « sauter » pour l’amener à ce que ce comportement soit appliqué en modifiant le moment où le chien va sauter.
Par exemple, capturer le comportement du saut afin qu’il devienne un comportement appris en réponse à un signal vocal et verbal. Nous généralisons ce comportement à différents endroits ou moments jumelés à des distractions. Ainsi, le chien ne sautera plus à l’arrivée des gens car le saut sera devenu un comportement sur demande et non plus, un comportement indésirable.

Kathy Sdao, éducatrice et comportementalisme de renommée internationale a maintenu notre attention pendant 2 jours avec des conférences sur les thèmes suivants:

les signaux inefficaces, les séquences de comportement, les renforçateurs et les punitions engendrant la confusion, les garde-fous entre une méthode amicale et la sécurité, le déséquilibre entre exercice physique et mental, la diminution de l’efficacité d’un signal et le signal « empoisonné », un mauvais timing dans le renforcement, le poids et l’importance d’une structure.
Elle a entre autre rappelé les points suivants :

  • ne jamais rater une occasion de fixer un comportement. L’entrainement de notre animal doit se faire en continuité. Si nous aimons un comportement que l’animal nous donne, il s’agit de le renforcer.
  • réfléchir à l’environnement, à la séquence que nous souhaitons montrer à notre animal. Par exemple, nous voulons désensibiliser notre animal au coupe-griffe. Faisons cet exercice avant son repas, ce sera alors suivi d’une situation positive pour l’animal.

Ken Ramirez est responsable de l’éducation des animaux du Chicago Chedd’s Aquarium, biologiste et éducateur animalier dont la réputation n’est plus à faire.

Il nous a entretenus sur l’évolution de l’éducateur moderne, le renforcement positif au travail et plusieurs autres sujets afin de nous aider à faire le parallèle lorsque la punition est utilisée.
L’exemple qu’il nous a partagé est celle d’un conférencier félicité par tout un auditoire sauf par une seule personne qui n’appréciait pas et ce conférencier n’a focalisé que sur la critique négative de cette personne et ce, malgré toutes les félicitations reçues. Vous voyez sûrement un parallèle avec l’importance que nous accordons malheureusement à un seul commentaire négatif versus plusieurs positifs.

Apprendre ce qu’est un renforcement positif autant pour les gens que pour les animaux est très important car générer la motivation et la confiance est la clé du succès.

Il nous a aussi amené à réfléchir sur des questions comme

  • « qu’est-ce qui se passe lorsque les animaux ne sont pas en entraînement? » et
  • « qu’est-ce que mon animal apprend présentement en tenant compte de l’environnement où il se trouve? »

Ce sont des questions que nous devrions nous poser à tout instant en éducation animale.
« Compagnons » a participé à plusieurs ateliers auxquels

« Le patient parfait »  avec Chirag Patel, conseiller en comportement canin et éducateur canin certifié toujours innovateur dans sa façon de travailler par ses idées et concepts.

Cet atelier pratique a été une opportunité de voir des démonstrations « live » d’exercices utilisant la méthode du façonnement (shapping) en vue de préparer le chien aux examens et manipulations vétérinaires (medical training).

« Les postures qui calment » avec Jo-Rosie Affenden, diplômée en psychologie spécialisée en zoologie et les postures qui calment,

nous a appris des trucs et astuces (exercices de stretching, relaxation) pour modifier positivement un comportement

« Éveil du 5e sens » avec Kelly Gorman Dunbar, cofondatrice et rédactrice en chef de DogStardaily.com .

Elle a créé les workshops et séminaires Sirius Sniffers, autour du flair et de l’odorat. L’éveil du 5e sens est un atelier pour donner à votre chien “le plaisir de renifler” et qui permet d’améliorer la relation avec votre animal en plus de fournir une stimulation mentale idéale pour tous les chiens
En conclusion, « Compagnons » est revenu stimulé par cet événement parisien, prêt à appliquer plusieurs de ces apprentissages pour vous aider avec votre animal.

 

groupe Dog Event 2015